Spectacles


partager :
à découvrir aussi :
Le fils
Marine Bachelot Nguyen...
le 13 déc. 2018 2018
Les Cinq novelettes de Glazounov, Op 15
Quatuor à Cordes...
le 13 déc. 2018 2018
KEPA (annulé)
Blues - France
le 13 déc. 2018 2018
Saison de cirque
Cirque Aïtal
du 14 déc. 2018 au
16 déc. 2018 2018
A Love Supreme
Salva Sanchis, Anne...
du 15 déc. 2018 au
16 déc. 2018 2018
 
 
cirque
 
 
à partir de 8 ans
 
 
Sous la toile de Jheronimus
Les Colporteurs
Du 12 octobre
au 14 octobre
Durée : 1H20
VEN 12 20h30
SAM 13 18h
DIM 14 16h

 

Quand le cirque s'empare de l'illustre oeuvre de Jérôme Bosch

 

Avec Sous la toile de Jheronimus, les Colporteurs relèvent un défi inédit : mettre en piste Le Jardin des délices, le tableau le plus connu du peintre néerlandais Jérôme (Jheronimus) Bosch. Réalisée au tout début du XVIe siècle, l’oeuvre nous propose une traversée fascinante depuis la création du monde jusqu’à la dérive de l’humanité, prise en étau entre Paradis et Enfer.

Sous le chapiteau des Colporteurs, c’est l’essence même de cet univers étrange qui nous est donnée à voir. Funambule aux allures de Mère Nature, acrobates croquant la pomme, apparitions diaboliques… À six artistes et deux musiciens, les Colporteurs inventent un langage mêlant acrobaties, vidéo, costumes excentriques et musique en direct. Une palette de couleurs pour dessiner une rêverie de cirque à la hauteur du tableau de Bosch, entre poésie, humour, grotesque et haute voltige.

 

« Une des compagnies phares du nouveau cirque. » Le Figaro, 2013

« Une représentation de haute volée. » La Voix du Nord, 2017

 

Résidence de création à l’Espace Cirque d’Antony d’août à octobre 2016

 



LES COLPORTEURS ET LE JARDIN DES DÉLICES

 


Le choix du triptyque
Le jardin des délices est une oeuvre à part dans la peinture de Jérôme Bosch car ce ne fût pas une commande de l’église. Le peintre se positionne en observateur de l’histoire de l’humanité et plonge avec une lucidité provocatrice, sans manquer d’humour, dans une divagation de son imaginaire. Son oeuvre échappe à tous dogmes, à tous jugements théologiques ou positions religieuses et dépeint une humanité tantôt ludique et intelligente, tantôt sombre et destructrice.
Cet état d’esprit, dans lequel Jérôme Bosch aborde son oeuvre, résonne avec nos sensations, nos intuitions.


Le cirque de Jhéronimus
Lorsque l’on observe le tableau central du jardin des délices, on découvre toutes sortes de personnages semblant sortir d’un monde circassien. On peut y voir des portés acrobatiques, des hommes et des femmes en équilibres sur des structures imaginaires, ainsi que des figures surréalistes dansant, marchant sur les mains, pouvant sortir du monde fantastique et monstrueux du cirque d’antan… On y trouve même des « clowns » se plantant des fleurs dans l'... postérieur ! On imagine aisément l’ouverture au travail corporel, l’acrobatie, la contorsion, l’équilibre, etc. ; ainsi que la comédie...
L’intérêt se décuple à l’étude des symboles qu’utilise Jérôme Bosch dans son oeuvre. Faisant appel aux mythes, ils expriment le regard personnel du peintre, tissent des liens avec notre réalité et stimulent la dimension dramaturgique du travail à construire.

Nous souhaitons créer ce spectacle dans un esprit tragicomique, un prologue, trois mouvements, un épilogue. Cinq fragments pour traverser avec humour : la création du monde, celle de l’homme et la femme, la connaissance et la volupté, la conscience et l’aveuglement, et la fin du cycle, mystère de l’avenir !

Fichier:El jardín de las Delicias, de El Bosco.jpg 

Pour en savoir plus sur Jérôme Bosch et sa peinture, nous vous invitons à lire l'article dédié sur aparences.net.

 
autour du spectacle

Rencontre avec les artistes le vendredi 12 octobre à l'issue de la représentation

Carte Blanche le samedi 13 octobre

Garderie le dimanche 14 octobre


 
distribution
 
production et soutien
 
 
01 41 87 20 84
suivez-nous sur :    Instagram